Algérie Mes Racines
  1. Se connecter
  2. S'inscrire
  3. Inscrire une famille

L'espace des villes

Bône - Annaba

Photos

Actualité

  • Livre: "Aurélie princesse Tidjani et les siens"...
  • Livre: "A la recherche de l'enfance"...
  • Livre: "ALGER, je n'ai pas oublié"...
  • Livre: "Mon Algérie perdue à jamais. Mes jours heureux à Bône. 1949-1962"...
  • Livre: "Le berger de Mostaganem"...

Lire la suite

Voyage dans le Sud algérien, 2009

Marie-Hélène, une native de Sidi Bel Abbes, organise des voyages vers l'Algérie pour le compte d'une ONG qui propose, entre autres, des voyages de tourisme solidaire. Ceci pour sensibiliser les Européens aux projets de développement mis en place par ses soins dans les différents pays sud méditerranéens où elle intervient. La destination du voyage, le grand erg occidental: Taghit, Beni Abbes, Timimoun.

Contactez Marie-Hélène pour participer à son prochain voyage du 27 décembre au 6 janvier 2012: Cliquez ici

L'oasis de Beni Abbes Vue sur l'oasis de Beni AbbesL'oasis de Beni Abbes
L'oasis de Beni AbbesVue sur l'oasis de Beni AbbesL'oasis de Beni Abbes

Voyage jusqu'à Beni Abbes

Le dimanche 27 décembre, je retrouve mon groupe de 8 personnes composés de Catalans et de Français à l'aéroport de Barcelone (Montse, Anne, Carlos, Jordi, Alberto, Marie, 0dile, Brigitte). Brigitte est née à Oran, en est parti très jeune, c'est la première fois qu'elle y revient. Anne y a fait plusieurs voyages dans son enfance avec ses parents. Pour les autres participants, c'est la première fois. Nous atterrissons de nuit à l'aéroport d'Oran, où Karim, le correspondant de l'association ADESF (Association Des Echanges Sans Frontières) de Beni Abbes vient nous chercher pour nous conduire à l'hôtel en taxi.

6h du matin, nous voici à la gare routière. Notre bus démarre destination Bechar. Ce trajet est interrompu par quelques arrêts où nous en profitons pour sympathiser avec des Algériens. C'est l'avantage du transport en commun. Le monde est petit, l'un d'entre eux a bien connu mon grand père.

Arrivés à Bechar, nous prenons deux taxis, il nous restera 3 heures pour rejoindre Beni Abbes. La route est excellente, notre chauffeur très agréable. Des contrôles de gendarmerie, mis en place pour assurer la sécurité des voyageurs, jalonnent notre parcours et sont l'occasion d'échanger quelques mots avec les gendarmes, heureux de voir que je suis née en Algérie. Nous arrivons de nuit à Beni abbes.

La découverte de Beni Abbes

C'est donc seulement le lendemain matin que nous verrons avec émerveillement cette oasis blottie au creux de la grande dune. La fatigue du voyage disparaît devant l'accueil chaleureux de Tawfiq qui nous attend à l'entrée de l'oasis. Nous logeons dans une maison appartenant à sa famille, juste à côté de celle de ses parents. Une table bien garnie est dressée dans le patio et c'est avec délices que nous dégustons, entre autres, notre première chorba (soupe algérienne). Il est 2h du matin, nous tombons de sommeil.

Mardi: une bonne nuit et nous voici en forme pour partir à la découverte de Beni Abbes avec notre guide Ahmed. C'est un homme cultivé passionné par son oasis. La visite sera des plus intéressantes : le vieux ksar (village) inhabité qu'une association locale (Ahmed en étant le président) tente de rénover malgré le peu de moyens, la palmeraie, véritable havre de paix dans laquelle nous déambulons, la nouvelle ville, un gite troglodyte exploité par une association où un thé nous est offert, ce qui nous permet de discuter avec son président, le musé contenant des vestiges préhistoriques ,ainsi que des spécimens de flore et faune du Sahara.

C'est avec beaucoup d'émotion que je retrouve l'ermitage du père Charles de Foucault qui surplombe l'oasis. J'y étais venue voici 25 ans et je m'étais promis d'y retourner. Cet ermitage a été construit par ses propres mains en 1901. Dans la minuscule chapelle décorée par ses peintures, le sable est à nos pieds, comme pour nous rappeler que nous sommes bien dans le Sahara, ce désert et ses habitants qui passionnaient tant le père.

L'ermitage du père de Foucault La crèche de Noël dans l'ermitage du père de Foucault La palmeraie de Beni Abbes
L'ermitage du père de FoucaultLa crèche de Noël dans l'ermitage du père de FoucaultLa palmeraie de Beni Abbes

Le prêtre en charge actuellement de l'ermitage est un érudit plein d'humour. Nous le quittons avec regret car le temps nous est compté. Car ce soir nous assistons à un concert ...

Pendant notre séjour à Beni Abbes a eu lieu un festival de musique: "les nuits métisses" où des groupes Français Espagnols et Algériens se produisaient sur une scène installée en bas de la grande dune. Instant magique! Imaginez un concert en plein désert, sous les étoiles, avec un public enthousiaste dansant sur la grande dune! Eh bien nous y étions, ce fut inoubliable.

Festival de musique de Beni Abbès Les spectateurs sur le dune de Beni Abbes Groupe de Beni Abbes
Festival de musique de Beni Abbès, un groupe de musique localLe festival de musique, les spectateurs sur le dune de Beni AbbesGroupe de Beni Abbes

Les traditions bédouines avec randonnées à dos de chameaux et bivouac dans le désert

Mercredi: rendez vous avec une association qui perpétue les traditions bédouines: randonnées chamelières et fabrication de khaimas (tente bédouine) par les femmes qui se sont montées en coopérative. Nous sommes reçus par le président de l'association, autour d'un bon thé comme à l'accoutumé. Les femmes viennent nous faire une démonstration de tissage de khaima. Cela nous permet de créer des liens et de parler avec elles par l'intermédiaire du président.

Apres un excellent repas préparé par une des soeurs de Tawfiq, nous nous dirigeons à l'autre bout du village où nous attendent des chameaux et les chameliers. Nous partons en plein désert bivouaquer à quelques kms de Beni Abbes.

Départ de Beni Abbes Balade à dos de chameaux jusqu'au bivouacLes dunes proches de Beni Abbes
La grande dune surplombant Beni AbbesBalade à dos de chameaux jusqu'au bivouacLes dunes proches de Beni Abbes

Quelle aventure! Pour la plupart, c'était la première fois que nous partions à dos de chameaux à travers les dunes. Je me sentais dans un équilibre très précaire, malgré le chamelier qui tentait de me rassurer. Monter une dune, passe encore, mais la descendre! Au bout d'un moment, on est tellement captivé par le paysage que l'on en oublierait presque le chameau. Cela nous a occasionné de bons éclats de rire.

En arrivant au campement, les chameliers se mirent à récupérer du petit bois pour nous faire un thé.

18h, tous en haut de la dune pour assister au coucher de soleil. Quel spectacle! C'était aussi un soir de pleine lune, nous avons assisté à son passage au dessus de la dune, tel un ballon posé délicatement sur le sable.

Coucher de soleil sur la dune Les chameliers préparent le feu
Pleine lune sur la duneLes chameliers préparent le feu

Nous voici tous autour d'un feu. Les chameliers nous préparent la taguela, (galette cuite dans le sable, pas un grain quand nous la mangerons), ainsi qu'un ragout à base de légumes secs, tomate et mouton. Un plat bien consistant.

Notre soirée dure jusqu'à 2h du matin. Il fait froid, nous nous réchauffons autour du feu avec des couvertures sur nos épaules. Un des chameliers nous berce au son de la flute du désert, nous prenons quelques bons fous rires en nous rappelant notre épopée sur les chameaux.

Il est temps de retrouver nos duvets installés sur des couvertures à même le sable. La nuit fut fraîche, mais inoubliable. La prochaine fois, la khaima sera la bienvenue. Elle y sera, Tawfiq me l'a promis.

Jeudi: nous sommes réveillés par les chameliers qui nous préparent notre premier thé de la journée. Les plus courageux grimpent au sommet de la dune pour assister au lever du soleil.

Retour à Beni Abbes à dos de chameaux, nous montons et descendons des dunes couleurs orange, avec, pour fond d'écran un bleu azur. Et là, je comprends cette phrase que j'ai lu je ne sais où: "le désert n'est pas silencieux, il parle aux gens qui l'écoutent".

Ski sur sable à Beni Abbes

Après un bon repas pris dans le patio de la maison où nous logeons, en présence de Tawfiq, avec lequel nous en profitons pour échanger sur différents thèmes concernant l'Algérie, nous nous dirigeons vers le local de l'association du ski sur sable. Ce local est situé près de la grande dune, nous sommes reçus par son président. Elle existe depuis une vingtaine d'années. Les enfants de Beni abbes bénéficient de cette activité grâce à un système de volontariat. Le matériel est un matériel de récupération mais qui tient bien la descente. Le groupe va expérimenter cette fabuleuse descente sur le sable. Je préfère rester au pied de la dune avec Odile et assister au spectacle grandiose..des chutes. Même les pros du ski sur neige n'ont pas été épargnés.

Ski sur sable à Beni Abbès Ski de fond sur les dunes
Ski sur sable à Beni AbbèsSki de fond sur les dunes

Et à nouveau, nous assistons au coucher du soleil aux environs de 18h. Cela est vite devenu un rituel.

Le réveillon du 1° de l'an dans l'oasis de Beni Abbes

Le soir, soir du réveillon, une surprise nous attend : nous savions que les jeunes de l'association de Tawfiq préparait un méchoui, mais nous n'en savions pas plus, surprise oblige ; Isham vient nous récupérer vers 21h et nous amène à pieds dans la palmeraie. Nous déambulons sous les étoiles, au grès des chemins. Apres environ ¾ d'heure de marche, nous nous retrouvons face à un jardin entouré de roseaux et palmiers, décoré par des lampions, tapis et coussins au sol, et une soixantaine de personnes. Un grand buffet et un méchoui qui rôtit. Nous nous retrouvons avec des Algérois, des Oranais, et un groupe de samba venu de Sarragoz qui se produisait durant les 4 jours du festival de musique de Beni Abbes.

Ambiance très chaleureuse. Un groupe de musicien local animera la soirée. Et nous nous retrouvons à danser sur les rythmes du Sud. Bonne année, bonne année, scandé par les Algériens au rythme des percussions pendant un long moment.

Un grand merci à nos amis de Beni Abbes pour nous avoir organisé ce réveillon mémorable.

Taghit, la perle du désert

Vendredi 1er janvier : nous commençons bien l'année 2010 puisque nous partons à Taghit (oasis à 3h de route de Beni Abbes) surnommée la perle du désert. Quel spectacle s'offre à nos yeux, quand, du haut de la route qui descend d'un plateau rocheux, nous découvrons Taghit: sa palmeraie, son vieux ksar rénové avec ses maisons de toub rouge, tout cela blotti au creux de la grande dune qui est le début d'une véritable mer de sable s'étalant sur 600 kms (le grand erg occidental). C'est l'engouement général.

J'ai rendez vous avec mon ami Brahim à l'entrée de l'oasis. J'avais connu Brahim en 2007 lors d'un court mais très agréable séjour à Taghit. Retrouvailles chaleureuses, présentation au groupe, nous voila partis sur les traces de Brahim dans le vieux Ksar. Une association locale, dont Brahim est le président, a commencé à le réhabiliter. J'ai eu l'occasion en 2007 de dormir dans une de ces maisons rénovées avec beaucoup de goût, respectant totalement la construction traditionnelle et se servant de l'artisanat local pour la décoration.

Taghit, le gîte à Brahim Taghit, la salle à manger Taghit, le gîte
Taghit, le gîte à Brahim et HassanTaghit, la salle à mangerTaghit, le gîte

Mais rapidement tous les projets se heurtent à un manque de moyens. J'espère de tout coeur, qu'un jour l'Algérie prendra conscience de ce patrimoine naturel et culturel que représente le Sahara. En attendant les habitants de ces oasis sont admirables par leur motivation et leur persévérance (bravo Brahim, Tawfiq et tous les autres).

Taghit, les chambres Dans la salle à manger avant le départ Le vieux ksar de Taghit
Taghit, les chambresDans la salle à manger avant le départLe vieux ksar de Taghit

Puis nous voila partis à travers la palmeraie en direction d'un gite construit par Brahim et un ami marseillais. Un pur bonheur: cette construction traditionnelle s'intègre parfaitement au paysage. Un couscous succulent nous attend dans un salon avec banquette en pierre et sol en sable, face à une cheminée. Encore un repas succulent, partagé avec Brahim. Ramdoula! (merci mon Dieu )

L'après midi, nous partons en 4x4 visiter un des ksars en ruine construit sur les falaises longeant l'oued ZOUZFANA, de là vue imprenable sur la palmeraie qui s'étend sur une vingtaine de kms. Visite des gravures rupestres inscrites sur les rochers, le Sahara en est rempli.

Nous quittons Brahim et Taghit, retour à Beni Abbes, le clair de lune nous accompagne.

Nous retrouvons Tawfiq, un bon repas nous attend.

Timimoun, l'oasis rouge

Samedi: départ pour Timimoun, l'oasis rouge, à 300 kms de Beni Abbes. La route est superbe, entourée de dunes de part et d'autre, c'est la vallée de la Saoura.

Nous traversons Timimoun pour nous rendre chez une des soeurs de Tawfiq. Encore une architecture différente, ville rouge à cause de la couleur du toub, rues bordées de palmiers, on en prend plein les yeux au niveau des couleurs et des contrastes.

Accueil très chaleureux, une table basse nous attend dans le salon où nous mangerons assis sur les tapis des spécialités Algériennes cuisinées par la soeur, nièce, tante, cousines de la famille de Tawfiq. La cuisine est une véritable ruche en effervescence, tout le monde s'affaire.

L'après midi, nous partons avec nos deux chauffeurs en voiture et avec Ali notre guide:
Nous visitons l'hôtel de l'oasis rouge, le plus ancien hôtel d'Algérie (1912). Actuellement, c'est un centre culturel et d'artisanat.
Nous nous perdons dans les ruelles du centre, c'est surement là que se trouve l'âme de Timimoun.
Nous arpentons le marché animé, aux couleurs vives. Nous nous arrêtons dans les échoppes d'artisanat, y trouvons bijoux et tissus, puis longeons les hautes murailles du ksar datant du 12e siècle. Descente dans la palmeraie, nous apprécions sa fraicheur et nous remontons pour assister au coucher du soleil, devant une tasse de thé sur la terrasse de l'hôtel Gourara (construit par Pouillon en 1973). Et là, sérénité totale, quel bonheur.

Nous dormons chez l'oncle de Tawfiq, un coquet appartement est mis à notre disposition.

Dimanche : apres un petit déjeuner des plus copieux, nous partons visiter à quelques kms de Timimoun, 2 ksars en ruine, Ighzer et Feraoun, construit sur des falaises en bordure de la sebkha. Il y a quelques siècles s'étalait là un lac salé. Vue imprenable sur la vallée du Gourara.

Feraoun près de Timimonun Le vieux ksar de Feraoun près de Timimonun
La falaise du vieux ksar de FeraounLa vue de Feraoun, près de Timimoun

Retour chez la soeur de Tawfiq pour le repas. Nous allons discuter avec les femmes dans la cuisine qui confectionnent la spécialité culinaire de la région: un genre de pâte à crèpe farcie avec une sauce épicée à base de tomates, oignons et viande. Un vrai régal!

C'est à regret que nous quittons tout ce petit monde, après une séance photo fort sympathique devant la porte de la maison.
Destination Beni Abbes. Ce sera notre dernier repas du séjour, que nous prenons dans le jardin autour d'une table basse, repas partagé avec Tawfiq et les jeunes de son association qui se sont occupés de nous, une de ses soeurs qui a pris en charge les repas, son frère qui est venu avec nous à Taghit. Tawfiq nous fait un petit discours: le point sur notre séjour, nous explique les objectifs de son association, les obstacles rencontrés, leurs besoins pour qu'un tourisme solidaire se mette réellement en place.

Apres un dernier thé pris autour du feu, c'est, avec beaucoup d'émotions que nous faisons nos adieux, oui, nous reviendrons à Beni Abbes! Inchallah!(si dieu le veut).

Le retour

Lundi: 6h du matin, 2 taxis viennent nous chercher. La route est longue, mais nous avons des souvenirs plein la tête. Nous passons notre dernière nuit à Oran, mais nous n'aurons pas le plaisir de voir Oran de jour, de profiter de la beauté du site et de cette ville grouillant de vie. Karim, notre correspondant sur Oran nous amène déguster un couscous dans un restaurant traditionnel, un couscous de plus, excellent! Ce sera le dernier ... du séjour bien sur!

Mardi: départ 6h du matin pour l'aéroport d'Oran. Vol pour Alger où nous attendrons quelques heures notre vol pour Barcelone. Mon ami Nordine vivant sur Alger vient me voir et là ... nous refaisons le voyage!

16h30 : nous atterrissons à Barcelone, sous le froid et la pluie.

Et là, nous avons la tête qui résonne du silence du désert et de ses couleurs.

A notre retour, nous avons mis quelques jours à atterrir dans notre vie habituelle, tant le dépaysement fut important. Mais quel bienfait!

Le prochain voyage

Nous préparons notre prochain voyage qui aura lieu du 27 décembre 2011 au 6 janvier 2012, si le coeur vous en dit ... nous serons heureux de vous faire partager notre passion pour le désert Algérien.

Vous pouvez me contacter, je serai ravie de vous donner toutes les informations, sans aucun engagement de votre part: Cliquez ici pour contacter Marie-Hélène

Publiez votre voyage dans cette rubrique: Contactez nous

Nos visiteurs vous font profiter de leurs astuces:

SBA47 nous donne son astuce:

Bonjour tout le monde, je suis tout nouveau sur le site, pourtant, j'aimerai(dans un premier temps) faire partie d'un voyage organisé sur Sidi-Bel-Abbès (ville où je suis né). Un retour là-bas serait pour moi une grande joie, et beaucoup d'émotion. Ensuite, retourner en Algérie, avec un autre itinéraire.
Voilà en quelque sorte mon astuce du moment. Mon souhait.

Cordialement SBA47

Nablouse nous donne son astuce:

bonjour, y a t il un voyage de prévu au sud pour décembre 2012?? merci de me renseilgner

THEBRULANT nous donne son astuce:

Bonjour,

j'aimerais passer quelques jours à Noël2012 avec nuits dans le désert et randonnée avec dromadaires.
Nous sommes 2
Pouvez-vous nous renseigner?
merci

Belhadri nous donne son astuce:

BONJOUR

LE SAHARA C'EST QUE DU BONHEUR ET L'ALGERIE EN PARTICULIER.
ET TOUTE LES BELLES CHOSES C'EST GRATUIT.

El fahama nous donne son astuce:

-L'Algérie est un pays merveilleux sans aucun doute, dans le Sud les gens sont trés hospitaliers et aiment les étrangers. Une randonnée a travers les dunes avec en plus un bivouac c'est la plus forte sensation que l'être humain peut ressentir dans ces lieux paradisiaques.
Ces mêmes touristes peuvent creer, leur propre itinéraire.

Mohand Said nous donne son astuce:

Mon astuce est de corriger nos erreurs (moi qui est Algérien)commises envers nous-même et envers cette terre sacrée aimée par des gens honnêtes tels que vous. Merci d'aimer mon pays;
Algérie (Boujie)

Mazigh nous donne son astuce:

Tout d’abord je me présent a vous, je m’appelle nasser, je suis de l’Algérie, je suis un aventurier et amateur de patrimoine et de l’artisanat, et de tourisme en général ,peut être c’est la raison qu’ il ma pousse d étudier et de choisir le Domaine touristique ou je suis un TS en tourisme guide accompagnateur.
J’ai trouve votre site web .très intéressant et riche sur le plan touristique et culturelle.
Et c’est pour cette raison que j’ ai décider de vous écrirent pour changer des idées et de connaissances dans le même Domain de tourisme.
Merci d’ avance je suis a l’attend de votre réponse
Amicalement
Nasser
Courriel :GUIDEACCOMPAGNATEUR.DZ@HOTMAIL.COM
Blog :http://touristguide.skyrock.com

Ougamane nous donne son astuce:

il y a une astuce ,aimez mon pays et venez comme vous etes.

Hamdane nous donne son astuce:

Bonsoir, mon astuce est que vous devez organiser des voyages au sud Algérien et exactement à Timimoun pendant les festivités de la naissance du prophète (qssl).
croyez moi,c'est merveilleux ,du jamais vu.

Hadjout nous donne son astuce:

Bonjour, je n'ai pas d'astuce à donner mais je dois tout simplement dire qu'un voyage au sud est merveilleux .

Partagez vous aussi vos astuces


  1. Qui sommes nous?
  2. Conditions d'utilisation
  3. Nous contacter
  4. Concept et fonctionnement
  5. Faire un lien
  6. Sites amis